Accueil Fr – test

Cellulose vue au miscroscope XXXX

Cellulose vue au miscroscope XXXX

Centre de recherches sur les macromolécules végétales

Créé en 1966 par le CNRS, le Centre de recherches sur les macromolécules végétales (Cermav, Unité Propre de Recherche 5301) est un laboratoire de recherche fondamentale sur les glycosciences. L’approche pluridisciplinaire, couvrant les spécialités chimie, physicochimie et biologie, lui permet d’occuper aujourd’hui une place importante, au niveau international, dans les domaines de recherche phares des carbohydrates (sucres, oligo- et polysaccharides, glycopolymères et glycomatériaux), leur synthèse, caractérisation, fonctions et applications dans divers domaines.

[contact-form-7 id= »3131″ title= »Inscription séminaire »]

1 2 3 11

Concentré de sciences : un papier qui résiste à l’eau !

Notre technologie est bio-inspirée et utilise des macromolécules biosourcées pour améliorer les interactions cellulose-cellulose dans des conditions humides. Ces additifs présentent un haut degré de performance jusqu'à 60% en rapport humide / sec; avec une large gamme de propriétés et de solutions pour tous les types de matériaux cellulosiques. La réactivité élevée du produit permet également une fonctionnalisation supplémentaire en milieu aqueux pour apporter à la demande des fonctionnalités au produit final. Nos travaux de recherche ont conduit à la création de la start-up FunCell hébergée dans nos locaux, avec qui nous menons des travaux de recherche en collaboration Découvrez la en vidéo (cliquez sur le titre)!

Temperature-triggered formation of a cellulose II nanocrystal network through regioselective derivatization

Nous avons profité de l’arrangement antiparallèle des chaînes au sein des nanocristaux de cellulose II pour greffer aux deux extrémités de ces bâtonnets des nanoparticules d’or ou des chaînes de polymères thermosensibles. Dans ce dernier cas, une variation de température induit la formation d’un réseau au comportement de gel par association bout à bout des bâtonnets. Cliquez sur le titre pour plus d'informations.

Nos travaux sont à la une du CNRS: un sucre au deutérium pour étudier l’amarrage des bactéries sur nos cellules

En collaboration avec l’Institut Laue-Langevin (ILL) et du CEITEC (Université Masaryk, République Tchèque), nous avons modifié un sucre pour qu’il réponde à la cristallographie aux neutrons, une technique qui dévoile comment les bactéries s’accrochent aux sucres. Ces travaux ont été publiés dans la revue prestigieuse Structure et pourraient s’étendre à des sucres plus complexes pour mieux comprendre différents phénomènes biologiques et proposer de nouvelles stratégies anti-infectieuses. Légende: molécule de fucose dans le site de liaison de la lectine. La grille bleue représente la densité déterminée par les rayons X et la grille verte la densité déterminée par les neutrons autour du fucose et des acides aminés de la lectine. Les atomes d’hydrogène (ici isotope deutérium) sont représentés par des boules jaunes. La continuité de la grille verte entre le fucose et les acides aminés permettent une vision directe des liaisons hydrogène. © L. Gajdos. / Cliquez sur le titre pour plus d'informations.

Crystal and molecular structure of V-amylose complexed with ibuprofen

Nous venons de publier dans la revue Carbohydrate Polymers une étude portant sur la détermination de la structure d'un complexe d'inclusion cristallin d'amylose et d'ibuprofène, molécule anti-inflammatoire bien connue. En nous appuyant sur des données de RMN du solide et de diffraction des électrons et des rayons X, nous avons proposé un modèle moléculaire qui permet de localiser les molécules d'ibuprofène dans le réseau d'hélices d'amylose. Cliquez sur le titre pour accéder au résumé.
S’abonner à la newsletter du laboRecevez chaque semaine les dernières actualités du laboratoire par email.
1 2 3 11